Horaires à Saint Michel

Chers Porchifontains,

Voici quelques informations utiles concernant les horaires de messes :

Le samedi à 18H30

Le dimanche à 10H30 et 18H30 (messe animée par les jeunes)

Mesures sanitaires mises en place pour les messes

Dans le contexte sanitaire actuel, les mesures suivantes sont mises en œuvre pour les messes à Saint Michel afin de veiller à la santé de tous :

  • Nettoyage des bancs et des chaises au produit désinfectant avant chaque célébration
  • Port du masque obligatoire à partir de 11 ans
  • Lavage des mains au gel hydroalcoolique à l’entrée de l’église : mise à disposition de distributeurs de gel aux deux entrées de l’église (nef et salle St JP II)
  • Réduction du nombre de bancs et de chaises afin de maintenir un espacement de 1m entre chaque banc et rangée de chaises
  • Ouverture de la salle St JP II à chaque messe
  • Installation des paroissiens dans la cour (sonorisée) lorsqu’il n’y a plus de place disponible dans l’église et dans la salle St JP II

« Bien aimé, je prie pour qu’en toutes choses tu ailles bien et que tu sois en bonne santé, comme c’est déjà le cas pour ton âme. » 3 Jean 1.2

Le dernier édito du curé

Édito du dimanche 14 novembre 2021 – 33ème dimanche du temps ordinaire, année B

 

A quoi doit-on s’attendre ?

 

Est-ce l’effet de la morne saison ? Peut-être… La Toussaint s’éclipse devant la commémoration des défunts. La fête le cède à la morosité des cimetières et les auréoles des saints à la pâleur du soleil. Le cœur n’est pas au Te Deum, mais au Requiem. Le mois de novembre compte parmi les plus pesants et la liturgie renforce le trait. Avec la fin de l’année, elle ne manque pas l’occasion de frapper les esprits, en exhibant le spectre du jugement dernier. Sait-on jamais, si la nature illustrait les mots de la Bible et provoquait la peur, qui amènerait enfin les Hommes à prendre au sérieux les menaces divines ?! Les images défilent sous nos yeux, au son d’un sévère Dies irae. L’archange Michel pèse les âmes à la balance, pendant que tombent les notes d’un poème orchestré avec maestria : « Dies irae, dies illa… jour de colère que ce jour-là, qui réduira le monde en cendres, selon David et la Sibylle. » Prophètes et philosophes s’associent pour clamer, avec la mort thermique du monde, la lutte finale. Soumis à la question, il nous faudra rendre des comptes de la gestion de notre vie. « Quantus tremor est futurus… Quelle terreur, quand le juge viendra pour tout juger avec rigueur ! » La miséricorde ne semble plus de mise, comme si Dieu s’était lassé de pardonner et que l’heure de la vengeance avait sonné. « Quid sum miser tunc dicturus ?… Malheureux, que dirais-je alors ? Quel avocat vais-je implorer, lorsque le juste à peine sera rassuré ? » La peur s’empare des âmes. Puisque nul n’est parfait, qui trouvera grâce ? A cette lecture, n’y perd-on pas son latin ? Jésus paraît si loin, lui qui pardonnait encore sur la croix à ses bourreaux. Se serait-il ravisé depuis ? Aurait-il abdiqué la miséricorde, trop souvent arguée pour différer la conversion des cœurs ? Si Jésus endosse aujourd’hui la robe du juge, sera-t-il différent du temps où il disait de la prostituée : « Ses péchés, ses nombreux péchés lui sont remis parce qu’elle a montré beaucoup d’amour. »[1] ? Au jugement dernier, le fils de Dieu semble être plutôt celui de Janus, arborant tout aussi bien le visage qui console que celui qui effraie. A qui avons-nous donc réellement à faire ?…

 

Même s’il n’abuse pas de cette image, le Christ assume le rôle qui lui est assigné. Il jugera demain de la vie des Hommes, parce qu’il juge aujourd’hui déjà de leurs actions. Il manifeste ainsi que les Hommes auront à payer les conséquences de leurs péchés, lorsqu’ils se couvrent la face, étouffent leurs consciences et s’enferment dans l’indifférence au bien. La perspective de la condamnation est un appel à la conversion. Nul ne peut agir impunément, en se jouant de la miséricorde et en mettant à l’épreuve la résilience des bonnes âmes. A l’instar de Jésus, celles-ci auront à opposer une limite à la méchanceté, au risque de verser dans la lâcheté et de pécher par omission. Mais une dérive se dessine… Le monde pourrait devenir un huis clos, où l’inquisition règnerait en maître. On y dénoncerait les fautes sans autre forme de procès. Les sentences seraient irrévocables, pour servir d’exemple et prouver qu’on ne badine pas avec le péché. On vouerait le fautif aux flammes de l’Enfer, fermant la porte à tout amendement. Et là, nous serions bien loin de l’attitude du Christ. Alors, qui est-il vraiment ? La question demeure de taille car, comme le dit Saint Clément : « Si nous n’avons de Jésus Christ qu’une pauvre idée, nous nous faisons une pauvre idée aussi de notre espérance. »[2]

 

Certes, il se présente comme un juge qui mettra un point final à l’iniquité. S’il prévient de ce jour à venir, sans même en connaître l’échéance, c’est que toute justice a d’abord une vertu préventive. Elle délivre une morale, qui permet à chacun de guider sa vie en en évitant les écueils, non par peur du jugement dernier mais par amour du temps présent. Car cette morale ne vise qu’au bien des Hommes, son unique objectif. Sa fonction est de veiller au respect de toutes les dimensions de la personne : physique, intellectuelle, psychologique, spirituelle, sociale… Ainsi, l’accomplissement des Hommes importe aux yeux du fils de Dieu, qui préfère se revendiquer comme l’un d’eux. C’est parce qu’il se soucie des Hommes, que tout espoir leur est toujours permis !

 

Père Raphaël Prouteau, curé

[1] Lc 7, 47

[2] Cité par Joseph Ratzinger, in La foi chrétienne, hier et aujourd’hui, éd. Mame/Cerf, 1985, p. 234.

Communiqué de la CEF et de la CORREF suite au rapport de la CIASE

Chers paroissiens,

Vous trouverez ci-joint le communiqué de la CEF et de la CORREF suite à la remise du rapport de la CIASE : 2021.10.05- Communiqué de presse – Rapport CIASE

Nous vous joignons également une synthèse du rapport : 2021.10.05 – Résumé du rapport CIASE

Celui-ci est disponible dans son intégralité ainsi que des témoignages de personnes victimes sur le site de la ciase : ciase.fr

Vous pouvez retrouver l’allocution de Mgr de Moulin-Beaufort via le lien ci-après : https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/lutter-contre-pedophilie/519242-reception-du-rapport-de-la-commission-independante-des-abus-sexuels-dans-leglise-allocution-de-mgr-eric-de-moulins-beaufort/

Mgr Luc Crepy s’est adressé aux fidèles mercredi 6 octobre, vous trouverez la vidéo ci-dessous :

Abonnez-vous à la dominicale !

Nos 4 prochains événements

Mercredi 24 novembre – 10h00-11h30 OU 17h00-18h30 – Caté pour les CE1 & CE2

Vendredi 26 novembre – 9h30 à 10h30 – Prier avec les Psaumes – salle St Jean-Paul II

Vendredi 26 novembre – 19h à 20h – KT Collège pour les 4ème

Samedi 27 novembre – 17h30 à 18h30 – Partage de la Parole de l’Avent – salle 11

Paroisse

Rentrée Jeunes Professionnels Versailles et Alentours

Le groupe Jeunes Pro de Versailles fait sa rentrée le 26 septembre à 16h30. Rendez-vous à la pièce d’eau des suisses pour un après-midi sur « Un air de vacances ». Plus d’infos sur le groupe Facebook (Jeunes Pros Versailles & Alentours) ou le compte Instagram (j_p_versailles) ou par mail versaillesjp@gmail.com

Lire la suite
Diocèse

Nouveau Missel – livret pour les fidèles

Livret pour les fidèles à télécharger : 2021 – Nouvelle liturgie A l’occasion du changement d’année liturgique, certaines prières prononcées lors de la messe seront légèrement différentes dès le 28 novembre 2021. Il s’agit d’une nouvelle traduction plus proche du latin d’origine. Explications en vidéo par le P. Arthur Auffray. De quoi parle t’on ? Le…

Lire la suite

JMJ diocésaines « Lève-toi! »

A l’initiative du Pape François et à l’invitation de Monseigneur Crepy, le diocèse organise pour les jeunes un grand événement pour le Christ Roi : les  JMJ diocésaines « Lève-toi ! ». Les 20 et 21 novembre prochains, les jeunes du diocèse de 16 à 35 ans sont conviés par notre évêque au JMJ diocésaines « Lève-toi ! ». Ils seront rassemblés selon…

Lire la suite