Le mot d'accueil du curé

À tous !

Que le porche de Saint-Michel s’ouvre ! Que le porche de notre paroisse ouvre sur une communauté accueillante, rayonnant de cette bienveillance qui en fait un lieu familier ! Que le porche de notre église ouvre à la fontaine de vie que représente notre foi, à cet amour de Dieu qui suppose et nourrit l’amour des hommes ! Bienvenue à Porchefontaine !

Héritiers d’une histoire, notre clocher fait encore résonner cette devise écrite sur le livre d’or d’un quartier béni : « bonté, gaité, camaraderie. » A ceux qui cherchent à être aimés pour ce qu’ils sont, qu’ils trouvent la bonté du Christ dans le regard de ses fidèles porchifontains ; à ceux qui veulent espérer de l’existence, qu’ils trouvent la gaité du Christ dans l’enthousiasme de ses disciples porchifontains ; à ceux qui en appellent à l’humanité, qu’ils trouvent la camaraderie du Christ dans la charité de ses frères et sœurs en Dieu !

Que ce porche s’ouvre pour la vie, que chacun trouve son bonheur à Saint-Michel !

Le dernier édito du curé

Habiter chez soi !

Il voulait prendre sa revanche sur la vie… Ballotté de familles d’accueil en foyers, migrant de maisons en pensions, Louis s’était fait une promesse : « Un jour, j’habiterai chez moi ! Un jour, j’aurai mon propre toit ! » La rage de vivre au ventre, il s’est battu contre les forces contraires d’une existence mal embouchée. Son enfance et son adolescence ne furent pas les temps d’insouciance des petits d’hommes. Et pourtant, il ne regrette rien. S’il ne souhaite à personne de connaître ce qu’il a vécu, installé aujourd’hui dans la vie qu’il s’est choisie, il a tout lieu d’être fier. Oui, il est fier de récolter les fruits d’une foi inébranlable en sa capacité de triompher de l’adversité. La Foi aura tout autant accompagné son pèlerinage jusqu’à sa propre demeure, qu’elle aura été elle-même un véritable pèlerinage. Au détour d’une lecture, il découvrit l’histoire du peuple hébreu. Parti de rien, armé seulement de son Dieu, il courut de tente en tente, à travers le désert d’un univers hostile, jusqu’à trouver enfin sa place. Devenu sédentaire, l’heure était venue de moissonner ce qui fut semé de longue haleine. Les Hébreux étaient devenus riches de la vraie liberté : habiter enfin chez soi. Une fête consacrait cet événement, une fête religieuse qui reconnaissait l’œuvre de Dieu dans la réussite incroyable de ce peuple. On l’appelait la Pentecôte, du nom des 50 jours qui symbolisaient le chemin parcouru, de la mise en route jusqu’à l’installation définitive. Louis se retrouvait sous les traits de ce peuple. Il avait, lui aussi, marché longtemps avant de conquérir le lieu où, désormais, il s’était établi. Mais Dieu aurait-il quelque chose à voir dans cela ? Il entreprend alors un pèlerinage intérieur et relit les événements qui l’ont conduit jusqu’à ce jour. On lui répète souvent qu’il a eu de la chance, comme pour lui rappeler de ne jamais s’attribuer à lui seul les mérites de sa réussite. Quelle injustice de minimiser ainsi ses qualités et son dur labeur… Et pourtant, il sait… Il sait qu’une force lui a été donnée, pour ne jamais capituler et ne pas sombrer dans la vilénie. Cette force s’imposait à lui avec une telle évidence, qu’il en était quelque peu perdu… Venait-elle de lui ou d’ailleurs ? Il sait qu’une lumière a toujours brillé en lui, offrant l’espoir en un avenir qui repose sur l’intelligence, qui décode l’humanité ; une lumière qui a aussi représenté une véritable sagesse, pour tirer les leçons des expériences de la vie ; une lumière qui a été la science nécessaire pour comprendre le monde ; une lumière qui l’a éveillé au don que représente un judicieux conseil ; une lumière qui l’a toujours maintenu dans la crainte de l’orgueil, celui de mépriser quiconque en le jugeant inférieur d’avoir eu une vie plus facile ; une lumière qui l’a encouragé à la piété, qu’on nomme aussi la reconnaissance. Parvenu au terme de son pèlerinage intérieur, il reconnaît cette lumière, qui l’a transcendé dès sa plus tendre enfance. Une lumière que l’on dit alors proprement divine. Une lumière qui porte un nom : l’Esprit Saint. Sa vie est aujourd’hui une Pentecôte, du nom des chemins suivis jusqu’à habiter enfin son propre cœur. Il recueille maintenant les fruits d’une présence divine, celle de l’Esprit, qui jamais ne se départit de quiconque s’en saisit !

 

Père Raphaël Prouteau

Abonnez-vous à la dominicale !

Nos 3 prochains évènements

mai, 2018

21mai17 h 00 min17 h 25 minChapelet17h

22mai9 h 00 min10 h 00 minMesse

22mai20 h 30 min21 h 30 minTemps de prière (église)

Afficher plus d'évènements
Paroisse

Vide-grenier de Porchefontaine 10 juin 2018

  Le 10 juin se tiendra dans notre quartier le traditionnel « vide grenier ». Nouveauté cette année : le square Saint-Michel sera dans la zone de vente. L’EAP souhaite profiter de cette opportunité pour développer l’accueil et l’ouverture au quartier de deux manières différentes: –          le jour même accueil à travers un « café du Curé » qui permettra aux…

Lire la suite

Messes avec Première Communion

Les messes avec Première Communion d’enfants seront célébrées à Saint-Michel dimanche 3 juin à 10h30 (solennité du Saint Sacrement) et samedi 9 juin à 18 heures (attention, une demi-heure avant l’horaire habituel de la messe du samedi soir).

Lire la suite
Diocèse

Autour du procès de béatification de Madame Elisabeth

Depuis plusieurs mois, à l’initiative de l’archevêque de Paris, le procès de béatification de Madame Elisabeth,  « la bonne dame de Montreuil »,  est ouvert de nouveau. Voici quelques propositions autour de cet événement : Le mercredi 2 mai à Saint-Symphorien à 20h45, conférence par l’Abbé Snoëk, postulateur de la cause, et Mme Dominique Sabourdin- Perrin, historienne…

Lire la suite

Quête des AFC pour les futures mères en difficulté

A l’occasion de la fête des Mères, les AFC des Yvelines quêteront sur la voie publique le week-end des 26 et 27 mai 2018, au profit d’associations qui aident des futures mères en difficulté : les Maisons Tom Pouce http://www.lamaisondetompouce.com/, Magnificat http://www.magnificat.asso.fr/, l’AFEDER (Association d’aide aux Femmes Enceintes en Difficultés à Rambouillet et ses environs) et les…

Lire la suite

Bioéthique : encourager le progrès, apprécier les limites

Conférence à la cathédrale Saint-Louis le jeudi 12 avril à 20h30, avec le père Brice de Malherbe, codirecteur du département d’éthique biomédicale aux Bernardins, le Dr Anne-Claire Coureau, de l’Unité de soins palliatifs du Centre hospitalier de Puteaux, et Tugdual Derville, fondateur d’A bras ouverts et délégué général d’Alliance Vita.

Lire la suite