Horaires à Saint Michel

Chers Porchifontains,

Voici quelques informations utiles concernant les horaires de messes des mois à venir :

Horaires des messes cet été

à partir du mardi 6 juillet

le mardi et le jeudi à 12H00

samedi 18H30

dimanche 11H00

A partir de la rentrée

dès le weekend des 4 et 5 septembre

Samedi 18H30
Dimanche 10H30 et 18H30 (messe animée par les jeunes)

Mesures sanitaires mises en place pour les messes

Dans le contexte sanitaire actuel, les mesures suivantes sont mises en œuvre pour les messes à Saint Michel afin de veiller à la santé de tous :

  • Nettoyage des bancs et des chaises au produit désinfectant avant chaque célébration
  • Port du masque obligatoire à partir de 11 ans
  • Lavage des mains au gel hydroalcoolique à l’entrée de l’église : mise à disposition de distributeurs de gel aux deux entrées de l’église (nef et salle St JP II)
  • Réduction du nombre de bancs et de chaises afin de maintenir un espacement de 1m entre chaque banc et rangée de chaises
  • Ouverture de la salle St JP II à chaque messe
  • Installation des paroissiens dans la cour (sonorisée) lorsqu’il n’y a plus de place disponible dans l’église et dans la salle St JP II

« Bien aimé, je prie pour qu’en toutes choses tu ailles bien et que tu sois en bonne santé, comme c’est déjà le cas pour ton âme. » 3 Jean 1.2

Le dernier édito du curé

Édito du dimanche 27 juin 2021 – 13ème dimanche du temps ordinaire (année B)

 

Ecoutez le monde changer !

 

Il est l’heure de se lever. Après un signe de croix, pour réveiller mon intelligence, mon cœur et mes forces à la manière du Christ, j’allume la radio. Réflexe venu de mon enfance, j’aime prendre ainsi le poult de notre société. Les informations, les commentaires et les débats nourrissent la prière qui suivra. Par souci de pluralisme, j’oscille entre diverses chaînes et l’une d’elle résonne d’un slogan qui me frappe toujours : « Ecoutez le monde changer ! » Il est vrai que chaque jour apporte son lot de nouveautés, même si beaucoup de sujets sont récurrents et par trop répétitifs. « Ecoutez le monde changer ! » Une expression qui plaît aux progressistes, qui militent pour l’institution de mœurs qui réforment les conceptions traditionnelles de l’Homme. « Ecoutez le monde changer ! » Une expression qui irrite les conservateurs, qui voient la société s’éloigner de valeurs éprouvées par les générations passées. « Ecoutez le monde changer ! » Si la vie est réellement en constante évolution, comme on le constate, comment se situer face aux mutations inéluctables ? Tout changement mérite-t-il obligatoirement de l’adopter et représente-t-il nécessairement un progrès pour notre société ? Tout changement est-il ipso facto à rejeter et conduit-il nécessairement au déclin de notre monde ?

 

La symbolique des chiffres, à laquelle recourt l’Evangile, apporte un premier élément de réponse. Lorsque Marc raconte la guérison de la femme hémorroïsse et la résurrection de la fille de Jaïre, il précise que la première attendait depuis 12 ans le salut et que la seconde avait 12 ans, lorsque le Christ la réveilla des morts. En numérologie, le nombre 12 évoque la fin d’un cycle et l’attente d’une nouvelle ère. Au douzième mois de l’année pour l’hémisphère nord, le solstice d’hiver apporte l’espoir que le jour s’imposera face aux ténèbres et qu’ainsi la nature ressuscitera. Le monde est en constante évolution, selon des cycles récurrents, dont la fin est toujours le commencement d’une nouvelle période. Il en est ainsi de la vie, il en est ainsi de nos vies. La question n’est donc pas d’échapper à la moindre mutation, la question est de savoir comment l’appréhender.

 

Le progrès est une grâce, lorsqu’il comble nos manques et nous permet d’avancer au mieux en cette vie. Elle s’écoule alors joyeusement, aussi féconde qu’elle réalise nos désirs. Mais il n’en est malheureusement pas ainsi pour tous. La femme hémorroïsse en est le témoin. Pour elle, la recherche médicale est restée infructueuse, faisant l’amer constat des limites de la science. Privée de cycles, elle perdait l’espoir d’une sortie de crise et subissait continuellement sa maladie. De surcroît, elle devait essuyer la honte d’être rejetée par la société de son temps. Reconnue impure de perdre son sang, comme si elle faisait perdre à la vie de sa valeur et comme tenue responsable de ne pas concevoir d’enfant, elle était dans l’obligation de garder ses distances. Alors, n’ayant plus rien à perdre, elle désobéit aux injonctions de la loi. Incognito au milieu de la foule, qui le pressait de toute part, elle osa toucher le Christ et fut guérie à l’instant même. Jésus aurait pu sauver sa pudeur, mais il demanda à la femme de se déclarer. Il donna ainsi quelques repères pour déceler tout véritable progrès, qui réalise de vrais miracles. Il commence par s’intéresser à la personne en tant que telle. Il veut en connaître le visage et l’histoire, car elle mérite d’être considérée. Nul ne doit être exclu en raison de son handicap ; il faut se laisser toucher par le désarroi et jusqu’au plus dérangeant ; toute énergie doit être dépensée à soigner les âmes, en quête de reconnaissance. Par-delà la guérison du corps, cette femme revit d’avoir eu l’attention de Dieu et de celui qui s’en réclame. Tourner son regard vers les autres ; oser s’en approcher de près ; aller jusqu’au cœur de leurs attentes, tel sera toujours la substantifique moelle de tout progrès.

 

Le progrès est une grâce, lorsqu’il permet de proroger la vie. La fille de Jaïre venait de mourir. Elle venait de fêter ses 12 ans, l’âge de la maturité religieuse chez les juifs. Devant les pleurs désespérés, Jésus exhorte à croire encore et toujours en l’avenir. Rien n’est perdu, pour qui se laisse emporter par la foi. Des épreuves, on peut en tirer des leçons de sagesse. En ce sens, Nietzsche dira plus tard que tout ce qui ne tue pas rend plus fort. Mais la jeune fille est décédée et la foi de Jésus prête à rire. Ne devrait-il pas se résoudre à l’évidence : la mort est l’impasse de la vie et il ne reste plus que les yeux pour pleurer ? Cette jeune fille avait 12 ans, l’âge de la maturité religieuse. Pour Jésus, la maturité suppose d’affronter les épreuves sans baisser les bras ; de se relever de tout échec ; d’assumer ses responsabilités envers et contre tout, guidé par les commandements divins et dont l’essentiel réside dans la charité. Alors, la vie triomphera et la jeunesse des cœurs ne cessera de se renouveler !

 

En ce mois de juin (à la demi-douzaine de notre année), j’allume la radio qui me demande d’écouter le monde changer. Avec la fin d’un cycle scolaire, s’ouvre la période des vacances estivales, un progrès de nos sociétés contemporaines. Pour beaucoup, elles sont synonymes de changements de rythme et d’activités. Repos, détente, plaisir de vivre en famille et entre amis, évasions… Autant de moyens et d’occasions de repartir à neuf ! Pour d’autres, cet été renvoie aux difficultés d’une année qu’ils voudraient oublier, mais qui les laisse pour l’instant sur le carreau. Sauront-ils en profiter pour se distraire ? Pourront-ils réellement se changer les idées ? Une parole résonne du tréfonds de l’évangile… « Lève-toi ! » Rien n’est jamais perdu pour qui se laisse saisir par l’enthousiasme du Christ, qui ne désespère jamais et s’autorise à profiter de la vie. Elle progresse à mesure qu’on en tire des leçons, dont la principale est que la vie continue toujours ! Alors, bonnes vacances à tous !

 

Père Raphaël Prouteau, curé

Abonnez-vous à la dominicale !

Nos 4 prochains événements

Dimanche 12 septembre – 9h45 – Réunion d’information catéchisme

Mercredi 15 septembre – 10h00-11h30 OU 17h00-18h30 – Caté pour les CE1 & CE2

Mercredi 22 septembre – 10h00-11h30 OU 17h00-18h30 – Caté pour les CM1 & CM2

Paroisse

Mouvement Eucharistique des Jeunes

Le Mouvement Eucharistique des Jeunes propose une vie d’équipe à des jeunes de 7 à 18 ans, pour échanger, prier, faire le lien entre leur vie et leur foi, découvrir les trésors de la spiritualité ignatienne pour les faire fructifier et en témoigner … Depuis un an, une équipe MAGIS accueille les 18-25 ans (étudiants,…

Lire la suite

Route d’été de Cor Unum 18-35 ans

Comme chaque été, Cor Unum propose aux jeunes de 18-30 ans de partir vivre une route d’été. Une semaine de marche spi’ pour vivre l’essentiel. La route d’été avec Cor Unum c’est l’occasion en or de recharger ses batteries au niveau spirituel, physique et amical. Alors plus d’hésitation, rejoins-nous ! Toutes les informations pour s’inscrire…

Lire la suite

Conseil Conjugal et Familial

Nous vivons tous, seul(e), en couple ou en famille une période inédite, incertaine, déroutante parfois, et qui peut aussi être le révélateur de difficultés relationnelles avec notre entourage proche et/ou élargi. Formée au Conseil Conjugal et Familial, et disposant de l’attestation de qualification, je propose un temps d’écoute, un espace de paroles qui permet à…

Lire la suite
Diocèse

Le diocèse de Versailles en marche de la collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie à la chapelle de Notre-Dame de la Mer

Une journée présidée par Mgr Luc Crepy, pour fêter, honorer et vénérer Marie notre mère au cœur de l’été SE RASSEMBLER EN DIOCÈSE POUR FÊTER MARIE Célébrer la messe de l’Assomption. Prier le chapelet. Chanter les vêpres de la Vierge Marie.   La journée de pèlerinage 09h30         Accueil à la collégiale de Mantes 10h00         Messe solennelle à…

Lire la suite

Accompagnement des personnes séparées, divorcées sur notre diocèse

Vous vivez une situation douloureuse de séparation ou de divorce ? La Mission pour la Famille du diocèse de Versailles propose un accompagnement sur la durée pour les personnes séparées ou divorcées vivant seules, avec le Père Charles Formery et la Communion Notre-Dame de l’Alliance. Pour débuter, un week-end d’accueil et de ressourcement : 13-14…

Lire la suite