Horaires à Saint Michel

Chers Porchifontains,

Voici quelques informations utiles concernant les horaires de messes des mois à venir :

Mardi, mercredi et vendredi 09H00

Jeudi 19H00

Samedi 18H30
Dimanche 10H30 et 18H30 (messe animée par les jeunes)

Mesures sanitaires mises en place pour les messes

Dans le contexte sanitaire actuel, les mesures suivantes sont mises en œuvre pour les messes à Saint Michel afin de veiller à la santé de tous :

  • Nettoyage des bancs et des chaises au produit désinfectant avant chaque célébration
  • Port du masque obligatoire à partir de 11 ans
  • Lavage des mains au gel hydroalcoolique à l’entrée de l’église : mise à disposition de distributeurs de gel aux deux entrées de l’église (nef et salle St JP II)
  • Réduction du nombre de bancs et de chaises afin de maintenir un espacement de 1m entre chaque banc et rangée de chaises
  • Ouverture de la salle St JP II à chaque messe
  • Installation des paroissiens dans la cour (sonorisée) lorsqu’il n’y a plus de place disponible dans l’église et dans la salle St JP II

« Bien aimé, je prie pour qu’en toutes choses tu ailles bien et que tu sois en bonne santé, comme c’est déjà le cas pour ton âme. » 3 Jean 1.2

Le dernier édito du curé

Édito du dimanche 5 septembre 2021 – 23ème dimanche du temps ordinaire (année B)

 

L’enfant du miracle

 

Il s’appelle Alexis. Il fait sa rentrée des classes comme tous les autres enfants, lui pourtant différent. Il doit composer avec un handicap, un chromosome en trop qui alourdit tout apprentissage. Une gêne qui réclame des gens une aide particulière, pour qu’Alexis ne soit pas sourd au monde qui l’entoure. Mais encore faut-il croire en lui et lui donner sa chance… Et Alexis peut compter sur le dévouement de son père et de sa mère. Que ne donnent-ils pas, pour que leur petit garçon s’éveille au mieux de sa nature ? Et chacun de ses progrès leur prouve que la vie de leur fils se déploie au rythme de leur amour, qui se donne sans relâche. Un dévouement naturel certainement, mais un dévouement non moins sacré. Il transcende toutes les fatigues, toutes les adversités, toutes les déceptions. Il met en lumière une composante essentielle de l’amour : l’oubli de soi. Ils acceptent de bon cœur de servir de marchepied à leur fils, pour qu’il s’élève à la noblesse de son âme. Et Alexis s’ouvre de plus en plus. Il parle de mieux en mieux. Il écoute comme tout enfant, quand cela l’arrange. Il sourit, il rit. Il aime vivre et telle est la récompense de son père et de sa mère. Mais Alexis n’est pas leur seul enfant. Si sa fragilité requiert une attention particulière, ses frères et sœurs réclament leur dû. Quelles que soient leurs facilités, ils ont aussi besoin que leurs parents les prennent à l’écart. Ils veulent leur moment privilégié, ce temps qui montre qu’ils occupent aussi une place de premier choix. On parle ainsi du miracle de l’amour, qui ne se divise pas mais qui se multiplie. S’il les épuise parfois, il comble toujours de bonheur ces parents qui se donnent sans mesure. Ils ne s’érigent pas en héros pour autant. Ils estiment qu’il s’agit d’un devoir élémentaire, celui que partagent tout père et toute mère. Car tout naît ici, du sein familial où chacun s’ouvre à la vie, parce qu’il est considéré.

Mais ce récit paraît peut-être trop idyllique. Certains ont pu manquer de ce nécessaire et sont comme sourds aux paroles qui magnifient l’amour. Ils ont du mal à prononcer ce mot qui leur a tant fait défaut. Ils portent ce handicap, qui empêche toute réelle communication et creuse toujours un fossé avec les autres. Ils doutent de l’amour, puisqu’ils ne l’ont jamais vraiment rencontré. Pour inverser la tendance, il leur faut des gens dévoués et qui s’engagent à leurs côtés, sans autre intérêt que le souci de leur personne. Des gens qui ne rechignent pas à l’effort, même pour de parfaits inconnus. Des gens qui leur font une place d’honneur, tout simplement. Mais ce n’est pourtant pas suffisant. « Personne ne bouge, ne grandit ou ne se responsabilise tant que l’on soupçonne systématiquement, et que l’on ne s’attend à rien de bon de la part de l’autre » dit la philosophe Lytta Basset. Pour accepter la main tendue, il faut postuler la bienveillance de celui qui propose son aide. Pour cela, encore faut-il que l’on suppose être aimable. Plus profondément encore, nous pourrions dire que nul ne bouge, ne grandit ou ne se responsabilise tant qu’il se soupçonne systématiquement, et qu’il n’attend rien de bon qui vienne de lui. Sans un travail intérieur, par lequel on reconnaît notre valeur intrinsèque, on ne peut s’ouvrir au regard des autres qui nous encouragent et on ne peut développer ses potentialités. Dans cette recherche de la racine même de notre être, nous nous heurtons à nos complexes. Nous faisons face aux handicaps de notre nature, aux limites de notre personnalité, aux carences de notre éducation, aux blessures de notre histoire… Une question philosophique revient sans cesse tel un leitmotiv : ai-je vraiment ma place en ce monde ? Pauvre que je suis, me laissera-t-on ma  place ? A l’origine même, ma vie en vaut-elle la peine ? A la croisée de la conscience, du  cœur et de la raison, cette interrogation rencontre la croix du Christ. Elle exprime l’amour inconditionnel de Dieu, pour qui la valeur de l’homme est telle qu’elle mérite qu’il offre sa vie pour lui. Nous recevons alors son souffle, celui qui donne l’impulsion pour aller de l’avant. En remontant du tréfonds de notre âme, une fois guéris du doute en nous appuyant sur cet amour originel de Dieu, nous nous ouvrons à la vie qui exige de se donner, afin que quiconque sache qu’il mérite d’exister comme l’enfant du miracle !

 

Bonne rentrée à tous !

 

Père Raphaël Prouteau, curé

Abonnez-vous à la dominicale !

Nos 4 prochains événements

Mercredi 22 septembre – 10h00-11h30 OU 17h00-18h30 – Caté pour les CM1 & CM2

Vendredi 24 septembre – 19h à 20h – KT Collège pour les 6ème

Dimanche 26 septembre – 10h30 – Messe de rentrée

Mercredi 29 septembre – 10h00-11h30 OU 17h00-18h30 – Caté pour les CE1 & CE2

Paroisse

Mouvement Eucharistique des Jeunes

Le Mouvement Eucharistique des Jeunes propose une vie d’équipe à des jeunes de 7 à 18 ans, pour échanger, prier, faire le lien entre leur vie et leur foi, découvrir les trésors de la spiritualité ignatienne pour les faire fructifier et en témoigner … Depuis un an, une équipe MAGIS accueille les 18-25 ans (étudiants,…

Lire la suite

Route d’été de Cor Unum 18-35 ans

Comme chaque été, Cor Unum propose aux jeunes de 18-30 ans de partir vivre une route d’été. Une semaine de marche spi’ pour vivre l’essentiel. La route d’été avec Cor Unum c’est l’occasion en or de recharger ses batteries au niveau spirituel, physique et amical. Alors plus d’hésitation, rejoins-nous ! Toutes les informations pour s’inscrire…

Lire la suite

Conseil Conjugal et Familial

Nous vivons tous, seul(e), en couple ou en famille une période inédite, incertaine, déroutante parfois, et qui peut aussi être le révélateur de difficultés relationnelles avec notre entourage proche et/ou élargi. Formée au Conseil Conjugal et Familial, et disposant de l’attestation de qualification, je propose un temps d’écoute, un espace de paroles qui permet à…

Lire la suite
Diocèse

Le diocèse de Versailles en marche de la collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie à la chapelle de Notre-Dame de la Mer

Une journée présidée par Mgr Luc Crepy, pour fêter, honorer et vénérer Marie notre mère au cœur de l’été SE RASSEMBLER EN DIOCÈSE POUR FÊTER MARIE Célébrer la messe de l’Assomption. Prier le chapelet. Chanter les vêpres de la Vierge Marie.   La journée de pèlerinage 09h30         Accueil à la collégiale de Mantes 10h00         Messe solennelle à…

Lire la suite

Accompagnement des personnes séparées, divorcées sur notre diocèse

Vous vivez une situation douloureuse de séparation ou de divorce ? La Mission pour la Famille du diocèse de Versailles propose un accompagnement sur la durée pour les personnes séparées ou divorcées vivant seules, avec le Père Charles Formery et la Communion Notre-Dame de l’Alliance. Pour débuter, un week-end d’accueil et de ressourcement : 13-14…

Lire la suite